LES TOILETTES SÈCHES

COMMENT ÇA MARCHE ?

Le fonctionnement des toilettes à litière et du compostage associé est très simple avec un minimum de précautions.

Pour les toilettes sèches à litière (TLB)

On dispose une petite couche de sciure (ou un mélange de matières carbonées) au fond du seau pour commencer. Ensuite après chaque passage aux toilettes on jette le papier dans le seau puis on recouvre de sciure. Quand le seau est plein, il suffit d’aller le vider dans le bac à compost.

Il faut veiller à mettre une quantité de sciure suffisante pour recouvrir tout le liquide, il n’y aura ainsi aucune odeur si ce n’est celle de la sciure.

Pour le compostage associé

Plusieurs techniques existent (se référer en particulier aux ouvrages spécialisés).
Un procédé simple mais efficace est le suivant : on fait un trou dans le tas de compost déjà en place, on vide le seau, on le rince puis on retourne le tas de compost en surface. Cette opération est rapide. Pour une famille de quatre personnes, la vidange des 2 seaux de 15 litres (donc 2 TLB) est faite tous les 5 à 6 jours et prend environ 10 à 15 minutes de la sortie des seaux jusqu’au retour à leur place.


    Pour cette technique de compostage, quelques règles de base doivent être respectées :

  • Le compost est divisée en 2 bacs minimum en rotation : un qui reçoit les matières de la toilette sèche pendant que l’autre sert à la maturation jusqu’à sa valorisation au jardin.
  • Comme pour les autres techniques de compostage, on veillera à varier les apports dans le compost utilisé pour les toilettes sèches avec notamment les éléments compostables du jardin et de la cuisine. Le compostage est un processus naturel et la nature aime la diversité.
  • En période sèche il peut être nécessaire d’humidifier le compost afin qu’il ne soit pas trop sec. Pour diminuer ce risque, le compost sera utilement placé à l’abri d’un arbre et selon la réglementation en vigueur à l’abri des intempéries.
  • Pour une bonne hygiénisation du compost avec des toilettes sèches, un délai de 24 mois est recommandé après le dernier dépôt de matières issues des toilettes sèches. Il permet la destruction des germes pathogènes et la restitution au sol de minéraux essentiels à son équilibre.

Outre l’indispensable côté fonctionnel des toilettes sèches et de la zone de compostage, elles doivent également être conçues pour « qu’elles ne génèrent aucune nuisance pour le voisinage ni rejet liquide en dehors de la parcelle, ni pollution des eaux superficielles ou souterraines » selon l’article 17 de l’arrêté inter-ministeriel du 7 septembre 2009 (cliquez ici pour consulter le texte de loi).

© Gaia agence webdesign 2010